Hubert Haddad et l’ombreux tombeau de Papillon de Lasphrise

Grande amatrice de la maison d’édition Zulma, j’ai pour habitude d’en feuilleter les romans qui patientent sur les tables des librairies, facilement reconnaissables à leur couverture graphique et colorée, ornée d’un triangle pointé vers le bas. J’ai saisi ce jour un ouvrage, presque au hasard, et la seiziémiste que je suis a été saisie de curiosité et d’enthousiasme en en découvrant les premiers mots : « Appelez-moi Papillon, Marc Papillon de Lasphrise, ou tout bonnement le capitaine Lasphrise. » Un roman sur le poète et soldat Marc Papillon de Lasphrise à peu près totalement tombé dans l’ombreux tombeau de l’oubli depuis 400 ans, voilà qui était pour le moins inattendu et qui m’imposait de lire l’ouvrage sur-le-champ. J’étais pressée de partir en lecture, mais ignorais alors que le champ de mon impatience deviendrait un chant poétique, envoûtant, qui m’embarquerait plusieurs semaines pour un voyage au long cours à travers l’Histoire et à travers la langue.

Ce n’était pas la première fois que je croisais Papillon de Lasphrise au détour d’un chemin. Ce contemporain d’Agrippa d’Aubigné et de Du Bartas a, comme le premier connu, une double carrière de soldat et de poète. Né en 1555 et décédé en 1599, seigneur d’une petite terre près d’Amboise, il participe aux guerres de religion du côté catholique, et s’adonne à une poésie variée, amoureuse, licencieuse, énigmatique, qu’il fait paraître sous le titre de Premières oeuvres poétiques en 1597. Aimant volontiers jouer avec la langue, le poète figure dans la liste des plagiaires par anticipation de l’Oulipo pour deux de ses poèmes : son sonnet en langue inconnue, et celui en monosyllabes (OULIPO, article « Plagiaires par anticipation », dans L’Abécédaire provisoirement définitif, Paris, Larousse, 2014, p. 195-206).

Si je n’y suis lors mon tout est un rien,
Mon oeil plein d’eau de maux me fond en pleur,
Et si c’est là le beau but de mon heur,
Que je tiens cher : car c’est mon plus grand bien.

Long temps y a que je me dy fort sien,
Et je n’en ay que fers, que feu au coeur,
Mais las ! je crains, par ma foy j’en ay peur,
Que son sens vif ne soit onc joinct au mien.

Or soit ou non, je ne veulx, je te prens,
Ton teinct sans fard plaist au jour de mes ans,
Et ton beau corps si coint, si gay, si doulx.

Dont je te quiers, ni pour mon fiel, mon dueil,
S’on me faict tort, un clin de ton bel oeil
Met tost à bas le plus dur de mes coups.

Marc Papillon de Lasphrise, L’Amour passionnée de Noémie, “Sonnet de monosyllabes”

Dans L’Invention du diable, Hubert Haddad redonne vie au soldat amoureux. Il imagine que le poète, auteur des Amours de Théophile, de L’Amour passionnée de Noëmie, ou encore de La Nouvelle Inconnue, a pactisé avec le diable au soir de sa mort, refusant de mourir tant que son livre de poésie ne serait pas passé à la postérité. Malheureusement, la postérité tarde à venir, si bien que le roman se déroule sur 400 ans, chaque chapitre effectuant un saut dans le temps, de dix, vingt, trente, cinquante ans, pour arriver jusqu’à notre présent. Soldat dans ses manières, amoureux dans son cœur, Papillon de Lasphrise cherche la renommée auprès de ses pairs et des artistes, dans les salons et les bibliothèques, et finit par s’interroger sur le sens même de cette quête d’immortalité qui le conduit à être de plus en plus fortement en décalage avec ses contemporains au fur et à mesure que le temps passe.

Après un coup d’œil pensif sur les palus, Papillon retourna d’un pas traînant dans la chambre haute du fortin où, fenêtres ouvertes, des heures entières, il allait se confronter à l’abîme. À peu près rien n’était venu lui redonner l’espérance d’une issue : on l’avait démesurément oublié – conservateurs de bibliothèques, libraires, académiciens, étudiants, poètes, tous l’ignoraient, lui et son Livre. Le dernier exemplaire de la deuxième édition de 1598 qu’il avait pu se procurer dix ans plus tôt à force de courir les cabinets de lecture, relié en basane rouge avec fleurons d’angle, dos à nerfs apparents et cadres de filets d’or sur les plats, était tanné et racorni comme un vieux soulier. Quand il l’ouvrait à la chandelle, entre complies et laudes, pour s’assurer de sa mémoire, il s’épouvantait des vieilleries, mignardises, afféteries, fripes d’images qui lui sautaient au visage. Chemin faisant, la langue s’était simplifiée et décantée de ses tours et saveurs d’autrefois, comme si on avait rejeté tous les fromages goûtus et puants des terroirs pour ne garder dans l’assiette que l’insipide caillé d’Île-de-France, lui-même avait perdu l’usage fleuri qui était le sien en pays de Loire comme à la cour du Louvre, du temps où ses maîtres et ses pairs fricotaient le jars à satiété – en style de précieuse courtoisie comme en dire de “ramoneur de cheminées ou de cuisinier et marmiteux”. Rabelais et Ronsard se consommaient alors avec naturel et sans cuistrerie.

Hubert Haddad, L’Invention du diable, Paris, Zulma, 2022, p. 222-223

Lui qui, soldat au temps des guerres de religion, était au cœur de l’histoire, lui qui, poète au temps des Canzoniere pétrarquistes, était au cœur de la langue française, voit la distance se creuser. Douloureuse illusion de l’immortalité qui a été celle des poètes du XVIe siècle, et qui est encore la nôtre aujourd’hui. Au sein du roman, les chapitres se succèdent sans toujours s’enchaîner, mettant Papillon de Lasphrise non pas au cœur des événements historiques (la prise de la Bastille, la Commune, la Seconde guerre mondiale, pour n’en citer que quelques-uns), mais à côté : il passe à côté de ces grands événements qui ne sont plus ceux de son temps, vit la grande Histoire dans l’ombre de la petite. Le roman rend ainsi sensible l’écart entre le XVIe siècle et aujourd’hui à travers ce feuilletage temporel qui joue de la discordance entre passé et présent et fait sentir l’épaisseur du temps. Et pourtant, dans le même temps, Hubert Haddad comble aussi cet écart par la langue, en nous donnant à entendre les vers de Papillon de Lasphrise, les insérant dans un écrin langagier exceptionnellement riche et magnifiquement travaillé, comme un de ces « fromages goûtus et puants des terroirs » du XVIe siècle. Oserais-je dire que j’ai eu besoin de recourir par moments au dictionnaire ? Hubert Haddad ne fait pas qu’accéder Papillon de Lasphrise à la postérité, il ravive le rêve des poètes du XVIe siècle d’une langue totale, friande en archaïsmes, termes rares et vocabulaires techniques, abolissant les frontières du temps et de l’espace.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Adeline Desbois-Ientile (7 avril 2023). Hubert Haddad et l’ombreux tombeau de Papillon de Lasphrise. De peu assez. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nio3


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search