Enseigner la Renaissance, ou la poussière du temps

Je mesure chaque année un peu plus ce qui sépare mes étudiants et étudiantes de mon objet de recherche : la Renaissance. Un étudiant, au demeurant fort sympathique et pas du tout agressif, m’a dit un jour que c’était “poussiéreux”, et il s’étonnait de l’intérêt que j’y accordais. Oui, pourquoi étudier la Renaissance ? Comment la transmettre ? C’est à ces questions que j’ai voulu réfléchir, en profitant de l’invitation que m’ont faite des étudiants de Yale de contribuer au prochain numéro de leur revue “L’Amuse bouche“, sur le sujet : “Renaissance”.

Le numéro est disponible en ligne dans son intégralité sur le site de l’université de Yale. Je reproduis ci-dessous mon article : bonne lecture !



Citer ce billet
Adeline Desbois-Ientile (2022, 13 octobre). Enseigner la Renaissance, ou la poussière du temps. De peu assez. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nio1

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search